Ces mécanismes d’aides financières qui protègent la zone euro

Que nous soyons citoyen moyen, journaliste blogueur, homme politique ou dirigeant d’entreprise, nul ne peut nier la crise européenne et mondiale se tramant. Edgard Morin, sociologue et philosophe français, évoque une « polycrise » de l’Union européenne, tant elle est économique, démographique, écologique, politique et institutionnelle.

Le Mécanisme Européen de Stabilité Financière. Késako ?

Le 8 octobre 2012 est né l’European Stability Mechanism, le Mécanisme Européen de Stabilité. Il assure le soutien financier aux États membres de la zone euro à concurrence de 700 milliards d’euros. En détail, un emprunt total de 500 milliards d’euros de capitaux propres levés par les États. Les 200 milliards restant proviennent des emprunts non contractés par les membres du Fond Européen de Stabilité Financière. Autrement dit, le capital propre de ce mécanisme est de 80 milliards d’euros, versés en trois tranches. Un premier versement de 32 milliards d’euros a été crédité le 12 du mois. Les 620 autres milliards seront empruntés sur les marchés, si besoin est. Cette avancée inaugure officiellement la mise en place de l’aide aux pays en difficulté de la zone monétaire européenne.

Chaque pays peut bénéficier de cet appui économique s’ils ont ratifié le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance dans l’Union économique et monétaire ou Pacte budgétaire européen. Ainsi, le texte prévoit le droit à un État d’engendrer des déficits ne dépassant pas 0,5 % des estimations chiffrées par la Commission européenne en cas de récession ou de circonstances économiques particulières. Une deuxième mesure envisagée est le remboursement en trois ans de la dette publique, soit 1/20 de la créance totale, lorsqu’elle atteint 60 % de la richesse produite dans l’année courante et simultanément 3 % du PIB de la dette.

Actuellement, 25 pays membres sur 27 ont marqué leur accord écrit sur ces mesures de stabilités financières. En Belgique, la plupart de nos gouvernants sont en phase avec ce projet de construction européenne, pour une Europe plus intégrée au quotidien. L’investissement belge s’élève à 3,48 % de l’ensemble des pays membres, soit un apport de plus de 24 milliards d’euros à injecter dans le mécanisme.

La justice sociale VS. la volonté politique

Le 5 octobre 2012, la Commission des Relations extérieures et de la Défense du Sénat a reçu une proposition de résolution concernant l’organisation d’une consultation populaire à propos du traité. Rappelons que cette proposition émane de Zakia Khattabi, Présidente du groupe Écolo au Sénat ; Jacky Morael, ancien Président du groupe Écolo au Sénat et de Cécile Thibaut, Sénatrice cooptée. Un groupe de travail de coordination au Parlement fédéral doit voir le jour prochainement. Son but est de presser les sept parlements belges de voter pour une Europe stable économiquement avant la fin du mois de décembre 2012. Une première mouture du texte a été soumise au Conseil d’État pour avis. L’évaluation sera faite dès que la Commission des Relations extérieures et de la Défense du Sénat se sera prononcée sur le dossier.

La Cour Européenne de Justice examine en ce moment la requête en annulation du Traité européen instituant le Mécanisme Européen de Stabilité déposée par un député irlandais. Selon ce dernier, ce mécanisme violerait la Constitution irlandaise ainsi que la législation européenne. La Cour Suprême irlandaise a déposé une série de questions préjudicielles qui vont être évoquées durant les auditions de la Cour Européenne de Justice.

Un avenir commun

La Grande-Bretagne de David Cameron, Premier Ministre, à fait face à la pression de la Chambre des Communes exigeant une réduction drastique du budget de l’Union Européenne. Plus grave, un retrait complet a été envisagé. Or, on le sait, l’Angleterre est présente depuis plus de quarante ans sur la scène européenne. La conciliation des positions a été rude lors du sommet européen extraordinaire des 22 et 23 novembre 2012. Quelques jours avant, le Financial Times annonçait la possible suppression de ce sommet, demandée par Angela Merkel, Chancelière allemande, si David Cameron campait sur ses positions budgétaires européennes.

Le Conseil européen a adopté le 12 décembre dernier une feuille de route en faveur de l’achèvement d’une Union économique et monétaire. Elle sera renforcée par la création d’un Mécanisme de Surveillance Unique (MSU) qui va surveiller l’ensemble des banques, assurer un équilibre entre les pays membres et non membres de l’Union européenne et amender le règlement instituant l’Autorité Bancaire Européenne. Enfin, communiquer au Parlement européen et au Conseil européen les « actions clés » à mener. La Commission européenne présentera un mécanisme de résolution unique (MRU) qui aura pour but d’assurer la stabilité financière des établissements financiers et protéger le contribuable lors de crises bancaires.

Dès le premier semestre 2013, un plan opérationnel permettra au mécanisme de stabilité de recapitaliser directement les banques dès que la surveillance unique est établie. L’objectif de la commission européenne, par le biais de ces différents fonds et mécanismes, est de « renforcer la légitimité et l’obligation de rendre des comptes. »

L’avenir commun se pose au-delà des tensions intra-membres, dans la géographie de l’Europe. La Croatie deviendra le 1er juillet 2013, le 28e pays à intégrer l’Union européenne. L’ensemble des exigences ont été respectées, mais un effort pour lutter contre la corruption reste à faire, selon la Commission européenne.

 Mes sources

BOUIHET, Alexandrine. Le Mécanisme européen de stabilité, mode d’emploi. http://www.lefigaro.fr/

COMMISSION EUROPÉENNE. Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil. Feuille de route pour une union bancaire. http://ec.europa.eu/

CONSEIL EUROPÉEN. Le traité instituant le Mécanisme européen de stabilité est signé. http://www.european-council.europa.eu/

CONSEIL EUROPÉEN. Note de transmission – Conclusions du 13 et 14 décembre 2012. http://www.consilium.europa.eu/

EUROPA. Fonctionnement de l’UE: Conseil européen. http://europa.eu/

EUROPA. Le traité de Lisbonne: mode d’emploi. http://europa.eu/

EUROPA. Traité instituant le Mécanisme Européen de Stabilité Financière (MES). http://europa.eu/

EUROPEAN COUNCIL. Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance  au sein de l’Union économique et monétaire. http://european-council.europa.eu/

EUROPEAN FINANCIAL STABILITY FACILITY (EFSF). About European Stability Mechanism. http://www.esm.europa.eu/

FRANCE INFO. Zone euro : les contributions nationales au Mécanisme européen de stabilité. http://www.franceinfo.fr/

JENNAR, Raoul Marc. Deux traités pour un coup d’État européen. Huit dispositions principales. http://www.monde-diplomatique.fr/

JULIAN, Sébastien. Le MES, bouclier anti-crise européen, change-t-il vraiment la donne? http://lexpansion.lexpress.fr/

KHATTABI, Zakia ; MORAEL, Jacky ; THIBAUT Cécile. Document législatif n° 5-1613/1 – Proposition de résolution concernant l’organisation d’une consultation populaire sur le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire. http://www.senate.be/

LAPY, Sophie. Le gouvernement approuve le traité européen de stabilité financière. http://www.7sur7.be/

LE MONDE.FR. Comprendre le mécanisme européen de stabilité en trois minutes. http://www.lemonde.fr/

LE MONDE.FR. Budget en zone euro : Merkel menace Cameron d’annuler le sommet. http://www.lemonde.fr/

PRESSEUROP. Croatie – Un tout petit oui à l’UE. http://www.presseurop.eu/

PRESSEUROP. Pour Londres, le vrai test de l’appartenance à l’UE commence. http://www.presseurop.eu/

QUATREMER, Jean. Dès 2013, un vigile pour les banques de la zone euro. http://bruxelles.blogs.liberation.fr/

THE DAILY TELEGRAPH. The Commons has spoken for the nation on the EU. http://www.telegraph.co.uk/

THE IRISH TIMES ; EUOBSERVER.COM. L’avenir du MES entre les mains de la Cour européenne de justice. http://www.presseurop.eu/

Publicités

2013…

L’année nouvelle débutante est synonyme de la célébration des bons vœux et du retour sur le temps écoulé. C’est aussi le symbole de multiples bouleversements dans notre pays.

2013, ce sera…

En vrac, passons en revue les différents changements : le prix du titre-service passe de 7,50 € à 8,50 €, l’accès à la logopédie est remboursé les trente premières minutes pour les enfants de moins de dix ans. Pour les plus de dix ans, ce remboursement est effectif pour une heure. Au menu, une hausse de 2,35 % du salaire des employés faisant partie de la Commission Paritaire Nationale Auxiliaire pour Employés 218. Pour trois mois seulement, un chômeur recevra 65 % de son dernier salaire contre 60 % auparavant. Pour terminer ce petit tour d’horizon, la déduction de la TVA sur les smartphones, laptops, tablettes et véhicules d’entreprises sera limitée à « l’usage professionnel réel. »

Une myriade d’autres changements sont à prévoir. Citons l’accès, une augmentation des taxes sur le tabac et l’alcool, le délicat dossier de l’emploi des séniors, la relative disponibilité des chômeurs sur le marché de l’emploi et la séparation des activités spéculatives ou de dépôt des banques, sont quelques modifications de dispositions légales qui nous attendent. Une année sans élections nous fait remarquer Béatrice Delvaux, Éditorialiste au journal Le Soir.

Une année communautairement confédéraliste

Sur la scène politique, l’effluve confédéraliste réapparaît comme un moteur majeur de changements. Bart De Wever, Bourgmestre d’Anvers et Président du parti de la Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA), prévoit cette année « pour le confédéralisme. » Éric Defoort, cofondateur et membre de la NVA, présente son idéologie partisane comme « hautement démocratique. » Dans Mise au Point, le dimanche sur la RTBF, la question soumise aux auditeurs était : qu’est-ce que le confédéralisme ? La réponse de quelques participants au débat dominical est moins tranchée. « On veut arriver à une confédération belge. » Pour Ben Weyts, membre de la N-VA, le confédéralisme « consisterait en une autonomie poussée des entités fédérées, de telles sortes qu’elles exercent leurs compétences au plus près des gens. Mais nous devons aussi reconnaître que la politique étrangère et la défense seraient mieux exercées au niveau fédéral. Comme cela se passe déjà au niveau européen. » Réponse définitive pour la fin de l’année voire au début 2014, lors d’un Congrès que présentera le N-VA pour expliquer et convaincre les électeurs que le confédéralisme belge est la solution institutionnelle et étatique indispensable pour la Belgique. Pour Éric Defoort, le programme électoral tant attendu est en train d’être écrit.

En Flandre, le discours de Noël du roi Albert II fait réagir la presse, le monde politique et la N-VA. L’extrait polémique : « En ces temps perturbés que nous vivons, soyons vigilants, et montrons-nous lucides face aux discours populistes. Ils s’efforcent toujours de trouver des boucs émissaires à la crise, qu’il s’agisse de l’étranger ou des habitants d’une autre partie de leur pays. Ces discours existent aujourd’hui dans de nombreux pays européens et aussi chez nous. La crise des années 30 et les réactions populistes de cette époque ne doivent pas être oubliées. On a vu le mal que cela fit à nos démocraties » pointe le danger du populisme et l’association gravissime aux menaces fascistes des années 30. La question de l’opportunité politique, démocratique et juridique de ce discours est mise en exergue au nord du Pays.

Du côté des réactions, Bart De Wever parle d’une émission « concédée du PS. » Dans le quotidien flamand, De Morgen, le Professeur émérite d’Histoire contemporaine Mark Van Den Wijngaert dit : « De koning doet zelf aan populisme. » Elio Di Rupo, premier ministre, voit la N-VA comme un parti très dangereux, dans De Zondag. Côté francophone, on admet l’allusion du Roi quant au danger que représente un populisme exacerbé pour la vie politique belge. A contrario, Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et des Affaires européennes, déplore la relation faite entre le populisme et les évènements des années 1930. Dans le monde académique, le Professeur de Droit Constitutionnel et des Libertés Publiques aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur, Hendrick Vuye, estime qu’une « monarchie avec un roi-politique ne peut plus continuer à exister. Le roi Albert est allé beaucoup trop loin avec son discours de Noël. » Pierre-André Taguieff, philosophe, politologue et historien des idées, définit le populisme comme l’acte de prendre publiquement le parti du peuple contre celui des élites, autres. Épinglons, côté francophones, la réaction de Francis Van de Woestyne, Éditorialiste en chef à La Libre Belgique, et dans un même temps, Journaliste politique, « sur le fond, je pense qu’Elio Di Rupo a entièrement raison. Reprenez ce qu’il a dit : la N-VA est séparatiste et est donc très dangereuse pour le pays. Comment dire les choses autrement ? Un parti qui veut la fin du pays est forcément dangereux pour ce pays. Le problème est qu’on ne peut plus toucher à un cheveu de Bart De Wever sans provoquer une levée de boucliers dans tous les partis. »

Pour la maison Belgique, le Premier Ministre espère « tenir le cap du redressement durable ». Le budget 2013 « évite à notre pays le pire et permet de le mettre à l’abri des vents mauvais de la spéculation financière. » Il prévoit 647 millions d’euros de réduction des dépenses primaires du budget fédéral. Pour rappel, les dépenses primaires sont les dépenses effectuées par les administrations publiques n’étant pas soumises à une quelconque charge d’intérêts ni aux transferts internes entre administrations publiques. 710 millions d’euros sont alloués à une baisse des dépenses en matière de Sécurité sociale. Dans le packaging des mesures prises, les Vices premiers et le premier ministre ont prévu une enveloppe budgétaire de 1,067 milliards pour la fiscalité contre 1,316 milliards d’euros consacrée à la diversité de ces mêmes mesures. Le premier ministre prévoit un impact réel de ces mesures sur le budget 2014 et la continuité de celles-ci en matière de réduction du déficit public. L’Union Européenne prescrit ce dernier sous la barre des 2,15 % en 2013 contre 2 % déjà contrainte pour l’année écoulée. Ce faisant, la Belgique plaide en faveur d’un budget européen d’au moins 1 % supérieur au Produit Intérieur Brut dégagé au sein des pays membres de l’Europe.

L’objectif du gouvernement est de réduire notre handicap salarial de moitié d’ici à 2015 et totalement à l’horizon 2018 face à nos pays voisins et plus particulièrement à l’Allemagne. Pour ce faire, il était nécessaire de recourir à la modération salariale au-delà de l’indexation et de la hausse barémique, de penser la réduction des charges patronales et de réviser la manière d’indexer les salaires. Parallèlement, la mise en œuvre de la sixième réforme de l’État est indispensable. Au programme, le transfert aux entités fédérées des allocations familiales, d’importants aspects menés au sein de la politique de l’emploi et de la santé. En somme, un travail titanesque, mais nécessaire.

Une chose est certaine, le débat communautaire est relancé pour bout de temps, mais pas seulement. La question de l’attribution des dotations aux membres de la famille royale, la loi du 2 mai 2002 sur les fondations privées dont la très médiatique fondation de la Reine Fabiola, les incertitudes diplomatiques du Prince Laurent dans le domaine de l’énergie. Enfin, l’avenir de Bruxelles comme région indépendante sera au centre des négociations à venir entre les différents acteurs belges.

Une année socio-économiquement insoutenable

Du côté des entreprises, la société Graydon Belgium S.A., présente dans le secteur des informations commerciales et marketing, annonce le nombre de 11.083 faillites atteint en 2012. C’est 5 % de plus qu’en 2011. Précisément, 99 % des entreprises étaient des PME. Pour 2013, le nombre médian de 12 250 faillites est évoqué dans notre pays.

Évidemment, le dossier Arcelor-Mittal est au menu de cette tragédie sociale pesant sur notre pays depuis pas mal de temps, et pour 2013 ! Qu’elle sera l’avenir socio-économique du bassin liégeois ? La comparaison avec le charbonnage est-elle exagérée ? L’histoire montre pourtant, au fil de ce sombre climat, une déconstruction croissante du tissu social, économique et politique en Région Wallonne malgré l’effort du gouvernement wallon et de son Plan Marshall 2.0 vert. La solidarité est, sera et restera le maître mot au sud du pays. Par ailleurs, l’Union Européenne demande, dans sa politique d’emploi Europe 2020, à tous les acteurs du monde du travail de participer ensemble au développement du marché de l’emploi européen. Dossier à suivre, le dimanche 27 janvier 2013 sur RTL TVI dans Controverse, le débat dominical de la chaîne. La question posée par le débat de Mise au Point. Arcelor-Mittal : un comportement de « crapules » ? L’émission dominicale de la VRT, De Zevende Dag, revient sur le possible départ de la Grande-Bretagne de l’Union européenne après le référendum demandé par le Premier Ministre conservateur David Cameron pour 2015.

Bonne et heureuse année 2013 à l’ensemble de mes lecteurs et lectrices. Que cette année soit porteuse de changements. Je ne peux que vous souhaiter amour, bonheur, santé pour vous et votre entourage. La vie est courte, alors profitons-en à chaque instant. Merci de votre soutien en 2012, vos commentaires et réactions. Chaque contribution sur ce blogue est un défi que je relève et réitère avec plaisir. L’aventure se poursuivra, cette année encore, avec vous aussi je l’espère de tout cœur.

Bon vent d’ici et d’ailleurs et à très bientôt…

Mes sources

AGENCE BELGA. La N-VA prône le confédéralisme et une autonomie poussée. http://www.lalibre.be/

DH.BE. Ce qui change au 1er janvier 2013. http://www.dhnet.be/

DECLERCQ, Mathias. « Koning doet zelf aan populisme ». http://www.demorgen.be/

DEMONTY, Bernard ; LAMQUIN, Véronique. Tous les détails du budget 2013. http://www.lesoir.be/

DI RUPO, Élio. Déclaration de politique générale – Tenir le cap du redressement durable. http://www.premier.be/

GRAYDON BELGIUM. Historique. http://www.graydon.be/

LE VIF.BE. Les Facultés ne peuvent pas encore s’appeler « Université de Namur » http://www.levif.be/

MAES, Évelien. Ce qui va changer pour votre travail en 2013. http://www.references.be/

PORTAIL BELGIUM.BE. 1er janvier 2013 : les nouveautés. http://www.belgium.be/fr/

RTBF. Herman De Croo : le confédéralisme de la N-VA est « une vente d’illusions » http://www.rtbf.be/

RTBF. Le discours de Noël d’Albert II suscite la controverse en Flandre. http://www.rtbf.be/

RTBF. Mise au Point : débat animé avec la N-VA sur le confédéralisme. http://www.rtbf.be/

RTBF. Elio Di Rupo : « La N-VA est très dangereuse » http://www.rtbf.be/

TRENDS TENDANCES.BE. Records de faillites en 2012, en attendant 2013… http://trends.levif.be/

VAN DE WOESTYNE, Francis. Édito : Bart De Wever, l’intouchable. http://www.lalibre.be/

Debout l’Europe !

L’Union Européenne vit une crise sociale, économique, démographique, écologique, politique et institutionnelle sans précédent. La confiance n’y est plus. À contre-courant, Guy Verhofstadt et Daniel Cohn-Bendit revendiquent une Europe qui est plus que la somme des intérêts nationaux. La solution, in fine, doit être celle d’une fédération d’États membres ayant une vision commune des politiques à mener. C’est la seule façon qu’aura l’Europe de s’en sortir.

Une Europe vieillissante et en crise

L’écart des richesses sur l’axe nord-sud de l’Europe ne cesse de s’accroître depuis l’introduction de la monnaie unique. Ainsi, depuis 2008, ce « sont pas moins de 4600 milliards d’euros qui ont été injectés par les États au sein des institutions financières. » Plus, les technocrates européens ont failli quant à leurs « visions politiques, budgétaires et économiques ». Or, l’utilisation de l’euro présente comme avantages, qu’il n’y a qu’une seule et même monnaie pour l’agrégat de pays ayant ratifié le Traité de Maastricht en 1992 ; la suppression des taux de change ; la baisse du taux d’emprunts et le recul de l’inflation.

Le Conseil Européen est l’organe fixateur des politiques généralistes à mener au sein de l’Union européenne.  Malheureusement, il « n’est que le syndicat des intérêts égoïstes nationalistes contre l’intérêt européen, celui des citoyens et des peuples européens ». Pourtant, ses prérogatives ont été étendues grâce au Traité de Lisbonne entré en vigueur le premier décembre 2009.

C’est un fait, la population européenne vieillit grandement. Les personnes de plus de soixante ans sont en augmentation annuelle de deux millions. Au contraire, la part occupée par les travailleurs est en recul d’un million par an. Mais, d’ici à une décennie, le monde arabe comptera que soixante pour cent de sa population sera sous le seuil des vingt-cinq ans.

À ce stade, il est légitime de savoir ce qu’est l’Europe. Les auteurs proposent en guise de réponse, « un état prospère où la diversité culturelle et les acquis sociaux sont importants. Elle lutte contre le dumping social, la pauvreté et assure le respect des normes sociales et environnementales essentielles au développement humain et à la survie planétaire aux pays émergents ».

Plus d’Europe et moins de nationalismes, le message est on ne peut plus clair. Le « strabisme nationaliste » culpabilise l’Union Européenne pour la crise de la zone euro ; pour une récession économique permettant le culte de l’austérité aveugle ; pour un excès de mondialisation et d’absence de toute action politique. « Ne nous trompons pas, l’incompétence a provoqué la crise de l’euro et l’incohérence celle de la récession. » Pour rappel, la récession est la baisse de l’activité économique, à l’échelle nationale, sur deux trimestres consécutifs. Le rôle qu’occupe l’Union est « réduit à néant du fait des instincts possessifs et d’une conception bornée de la souveraineté ». Le ralentissement économique est palpable en France, en Allemagne et en Espagne. La Belgique fait mieux en stabilisant ses finances à zéro point de croissance et de recul ; le bon élève européen.

Une Union Fédérale  et un « Green Deal » à financer

Les différentes crises que connaît le territoire européen doit cesser. Guy Verhofstadt et Daniel Cohn-Bendit appellent de leurs vœux une « Union fédérale où la Commission Européenne doit devenir le gouvernement européen. Le parlement européen sera composé de ministres européens et non plus de commissaires européens ».

La proposition suivante, un tantinet technique, est celle de la transformation du Fonds d’Urgence ; qui est la fusion entre le Fonds Européen de Stabilité Financière avec le Mécanisme Européen de Stabilité Financière, en Fonds Monétaire International Européen. Le FESF vise à stabiliser la situation financière des pays membres de la zone euro. La gestion administrative et de trésorerie de ce fonds est garantie par la Banque Européenne d’Investissement qui emprunte sur les marchés financiers les fonds nécessaires pour financer les projets de l’Union Européenne. Dernière précision, le MESF assure le bien-être économique des pays de la zone monétaire commune. Sa solvabilité est garante des fonds levés sur les marchés financiers et du budget que lui accorde l’Union.

Une autre mesure est la création d’un trésor européen émettant des euro-obligations, en d’autres termes, une mutualisation européenne des dettes publiques des membres de l’euro-zone. Jean-Claude Junker, Président de l’Eurogroupe regroupant les Ministres des Finances de chaque état, suggère une émission de 40% de la richesse nationale de chaque pays à transférer vers l’Europe pour réduire la dette souveraine.

Il faut investir dans la croissance, car « jamais une austérité seule ne nous sortira de la crise ». Pour cela, un budget européen fiable est plus que nécessaire. En accompagnement, la confiance des épargnants doit être recouvrée. L’épargne, à elle seule, dépasse le Produit Intérieur Brut de chaque pays.

Tout ce qui précède ne peut se réaliser sans un « Green Deal ». Nos modes de production sont totalement dépendants des énergies fossiles. Le but de ce projet européen est la modernisation de nos économies par la transition écologique.

Mes sources

CHEYVIALLE, Anne. Risque de récession en France et en Allemagne. http://www.lefigaro.fr/

COHN-BENDIT, Daniel ; QUATREMER, Jean ; VERHOFSTADT, Guy. Debout l’Europe ! : Manifeste pour une révolution postnationale en Europe. Suivi d’un entretien avec Jean Quatremer. Paris : Éditions françaises en coédition avec Actes Sud, 2012. 158 p. ISBN 978-2-87495-197-8

CONSEIL EUROPÉEN. Une institution officielle de l’UE. http://www.european-council.europa.eu/

DI PRIMA, Corentin. La Belgique évite de justesse la récession. http://www.lesoir.be/

EUROGROUP. Eurozone Portal – The official gateway to the euro area. http://eurozone.europa.eu/

EUROPA. Traités européens. http://europa.eu/

EUROPA. Traité de Lisbonne – Pour une Europe du XXIe siècle. http://europa.eu/

PRESSEUROP. Crise de la dette: L’euro-obligation, remède à la crise ? http://www.presseurop.eu/

PRESSEUROP. Débat: Fichez-nous la paix avec l’État-nation ! http://www.presseurop.eu/

 RTBF INFO.BE. L’Espagne encore en récession au 3e trimestre, mais un peu moins fort. http://www.rtbf.be/

 SECRETARIAT GENERAL DU CONSEIL DE L’UE. Note d’information – Traité de Lisbonne. http://www.consilium.europa.eu/

 UNION EUROPÉENNE. Traité de Lisbonne. http://www.consilium.europa.eu/